Goodbye, Canada !

Alors que nous nous apprêtons à quitter le Nouveau Continent, à laisser derrière nous des moments, des rencontres, des silences et des fou-rires partagés, j’ai demandé à mes trois compagnons de voyage de me confier leur ressenti, leur regard, de partager ce qu’ils garderont de cette aventure dans le Grand Nord, et je me suis bien évidemment plié également à l’exercice.

 

Cyril

Cyril

Cyril

Des paysages à couper le souffle, au point de ne pas trouver les mots pour les décrire, des repas riches, des expressions surannées, des retrouvailles… Des regards interloqués.
Des rencontres uniques, des sites improbables, des images plein la tête. Un grand moment d’amitié et le plaisir de partager cette première grande aventure avec mon mari.

En résumé….

Que de souvenirs
Uniques
Époustouflants
Bonheur de découvrir chaque nouveau site
Étonnante variété de paysage
C’est sur … J’ai adoré cette aventure et je reviendrais !

Rosa

Rosa

Rosa

Le Canada, la province de Québec, en hiver ! Ce fut une découverte bien au delà de ce que je m’étais imaginé.  Et je vais énoncer ici ce qui m’a le plus marqué.
Oui, comme le disait le guide touristique, c’est un pays de grands espaces, énormément de neige, du froid, parfois des froids glacials extrêmes, et des paysages époustouflants … Mais tout ça ce n’était que des idées.
Aujourd’hui, ces images sont devenues réelles, et aujourd’hui le Québec c’est aussi des ressentis. C’est la réelle sensation de cet espace, comme si je réalisais la majestueuse et réelle existante de la nature, de la Terre !
C’est bien cette Terre qui me porte. Je crois que je l’avais oublié, à force d’être cloisonnée dans les villes avec juste quelques petits lopins de terre déci delà, je portais des œillères.
Durant ces précieux jours j’ai ressenti d’un point de vu physique le sens de l’expression « Je suis peu de choses ». Et puis j’ai ressenti mon cœur battre, ma peau m’envelopper, mes poumons respirer.
Je me suis sentie réellement en vie.
D’une certaine façon, les conditions extrêmes m’ont ramené à l’essentiel.
J’ai ressent aussi plein de tendresse et de gratitude envers les personnes qui m’ont accompagnée dans cette belle découverte.  Nous somme un tout ! Merci à eux, merci la Terre, merci la vie !

Matthieu

Matthieu

Matthieu

« Conquérant de l’impossible ». C’est ce que je retiendrai de notre découverte du Québec. J’ai l’impression de toucher du bout des doigts ce que les explorateurs vivent. L’Affrontement avec la nature brut, naviguer dans une terre vierge, comme si nous étions les premiers à mettre les pieds ici. Une nature hostile. Cette nature qui n’est hostile que pour nous finalement. Nous ne sommes peut être plus adaptés pour y vivre. Je ne sais pas si nous avons encore notre place ici, mais je me sens libre dans cette nature. Je me sens vivant.

Erwan

 

Erwan

Erwan

L’aventure a commencé avec un drôle de sentiment de déjà-vu : Montréal me faisait cruellement penser à Chicago, dans son architecture, son rythme. J’eus l’impression de faire un retour en arrière de vingt ans quelque peu déstabilisant. Le moment et le jet-lag passés, c’est pourtant une nouvelle terre et un nouveau mode de vie que je découvris quand nous prîmes la direction du Nord, vers le Lac Saint-Jean, une destination qui surprit Montréalais et Québécois (« Vous avez une bonne raison de partir là-haut, là ? »)

Accueillis et guidés dans la région du Saguenay par mon frère, installé six mois plus tôt, et ses amis (que je remercie ici encore une fois chaleureusement), nous avons passé tous les quatre des moments surprenants, hors du temps, hors de notre quotidien de citadins, des moments aux proportions démesurées sur un territoire encore grandement sauvage.

Rudes, souvent hostiles, parfois dangereux, la nature et le froid doivent se conquérir, se dompter, s’apprivoiser. Marcher, avancer n’est plus un geste anodin, inconscient ; souvent, prendre une simple photo relève de l’exploit et de temps en temps, il faut déclarer forfait et rester à l’abri. Mais les sensations, elles, sont bien réelles et on se sent vibrer, vivre.

Un voyage inoubliable en excellente compagnie, que je vous remercie d’avoir suivi.